Un nouveau type de fonds de capital-investissement prévoit de transformer les startups allemandes en licornes potentielles et en sorties plus importantes • TechCrunch

You are currently viewing Un nouveau type de fonds de capital-investissement prévoit de transformer les startups allemandes en licornes potentielles et en sorties plus importantes • TechCrunch

Un nouveau type de fonds de capital-investissement prévoit de transformer les startups allemandes en licornes potentielles et en sorties plus importantes • TechCrunch

Les startups européennes ont toujours souffert du sempiternel problème des startups : comment sortir ? Cependant, en Europe, le problème a toujours été particulièrement aigu. Combien de grands géants industriels ou commerciaux européens acquièrent ou embauchent ? Pas tant que ça, et pas assez.

C’est en partie la raison pour laquelle tant de startups européennes finissent par se diriger vers les États-Unis. Les États-Unis sont l’un des rares marchés où vous pouvez atteindre une échelle décente, et ont également le potentiel de sortir soit par une vente à l’une des plateformes technologiques mondiales, soit aux marchés publics.

Maintenant, un nouveau fonds de capital-investissement allemand, mais légèrement différent, espère résoudre au moins une partie du problème, et au moins en Allemagne, qui sera son objectif principal.

L’investisseur en capital-investissement FLEX Capital (basé à Berlin) a déclaré avoir clôturé son deuxième fonds de 300 millions d’euros dans le but de regrouper efficacement des entreprises technologiques germanophones de taille moyenne et de donner à ces entités fusionnées une plus grande échelle mondiale. Il s’agit d’une utilisation inhabituelle des fonds de capital-investissement et qui place FLEX dans une catégorie légèrement différente de l’équipement de capital-investissement moyen.

Les investisseurs comprennent des fonds de fonds, des investisseurs institutionnels d’Europe et des États-Unis et les fondateurs de certaines entreprises européennes prospères, telles que Christoph Jost, Peter Waleczek, Felix Haas, Jan Becker, Andreas Etten et le Dr Robert Wuttke.

L’occasion semble être là. Dans la région DACH (composée de l’Allemagne, de l’Autriche et de la Suisse), on estime à 11 000 les entreprises Internet et de logiciels de taille moyenne qui génèrent entre 5 et 30 millions d’euros de chiffre d’affaires par an.

Christoph Jost, associé directeur de FLEX Capital, expose sa réflexion dans un communiqué : « Afin de parvenir au renforcement nécessaire de notre propre secteur des logiciels dans la région DACH par l’innovation et la croissance, davantage de capital et de savoir-faire doivent être investis dans des logiciels et des entreprises technologiques qui sont déjà des leaders de leur catégorie… Le nouveau fonds nous permettra de faire exactement cela une fois de plus : investir dans des entrepreneurs et des équipes de direction exceptionnels qui recherchent un partenaire compétent pour le développement futur de leurs sociétés de logiciels.

Depuis sa création en 2019, FLEX Capital a acquis 13 entreprises de logiciels de taille moyenne, dont Nitrado (hébergement de jeux multijoueurs) ; ComX, une plateforme d’aide à la vente B2B ; le groupe EVEX, pour les audioprothésistes et les opticiens ; et OMS group, un groupe de logiciels pour la gestion des sorties.

L’un des bailleurs de fonds de FLEX Capital est Felix Haas, mieux connu pour avoir cofondé Amiando et IDnow, ainsi que pour être le co-organisateur et l’hôte de Bits & Pretzels, le plus grand événement de fondateurs d’Allemagne.

Haas m’a expliqué plus en détail la stratégie FLEX : « Nous achetons 51 % à 100 % d’une entreprise. Nous nous concentrerons sur les startups logicielles plus petites (par exemple, 15 millions d’euros de chiffre d’affaires, 3 millions d’euros de bénéfices), puis nous les combinerons avec deux ou trois autres concurrents. Il y aura alors un leader beaucoup plus important (par exemple une entreprise avec un chiffre d’affaires de 100 millions d’euros et un bénéfice de 20 millions d’euros). Ensuite, les entreprises sont suffisamment grandes pour être introduites en bourse ou vendues à des sociétés de capital-investissement plus “normales”.

Si Haas a raison, les startups allemandes viennent d’avoir une nouvelle opportunité potentielle de sortie. Et dans cet environnement macro orienté vers le bas, cela ne peut pas être une mauvaise chose, surtout si vous êtes une startup qui a du mal à monter et que vous cherchez les portes de sortie.

#nouveau #type #fonds #capitalinvestissement #prévoit #transformer #les #startups #allemandes #licornes #potentielles #sorties #importantes #TechCrunch

Leave a Reply